Face à la forte augmentation de la délinquance des mineurs ces 20 dernières années ( personne ne le conteste ) les députés ont examiné aujourd'hui une proposition de loi visant à instaurer un service citoyen de type militaire pour les mineurs délinquants de plus de 16 ans. Cette mesure rencontre la contestation de l'opposition. Pierre Joxe, sur France Inter hier soir, a dit entre autre " qu'on n'allait pas mettre nos enfants au garde à vous" et un peu plus loin dans le débat " que la violence chez les jeunes était un signe de bonne santé" ( certes, ils ont de l'énergie mais fallait-il sortir ce genre de phrase ?? ). D'ailleurs il y en a de plus en plus qui extériorisent leur bonne santé dès l'âge de 12 ans, voire moins.
  Je trouve que les discours sur la délinquance n'ont guère changé depuis  des décennies. Tout le monde a le mot Education en bouche (moi aussi ) mais, de fait, rien ne s'améliore, bien au contraire.
Alors pourquoi ?
 Il y a ceux qui pensent que la violence est naturelle à l'humain à fortiori au jeune humain ( tout le monde sait cela ) et que...chacun n'a qu'à se défendre dans sa petite sphère personnelle. Il y a ceux qui mettent au point des théories, des programmes, des pédagogies avec moulte grilles d'évaluation et tout ce qui s'en suit et qui se perd souvent dans l'infaisabilité ou l'essoufflement. Il y a ceux qui se battent sur le terrain , confrontés tous les jours à la violence verbale et physique des enfants et des plus grands - et qui, souvent, ne savent plus comment faire pour ne pas mal faire au regard des parents, des autorités administratives, des médias etc...et bien sûr au regard des bambins eux-mêmes...
 Alors pourquoi ? ça vient d'où cette interminable détérioration ? Serait-ce qu' hommes et femmes ont de plus en plus de difficultés à s'assumer en tant qu' adulte, père  mère...? Avons- nous peur de nous-mêmes ?
 Les enfant, eux, comprennent vite leur pouvoir quand ils sentent que leurs parents et autres encadrants ont peur de mal faire, peur d'agir, peur d'être imparfaits, peur d'être montrés du doigt et ils ( les enfants ) finissent par dominer là où ils devraient faire l'expérience de courber la tête pour mieux grandir.
 Beaucoup d'enfants reçoivent une éducation soignée et bien sentie et il existe encore une belle jeunesse ; cela n'a rien à voir avec l'argent . Dans certaines familles modestes on ne s'écroule pas à la moindre difficulté ; le gamin qui n'est pas allé en vacances 2 x l'an n'est pas forcément aussi malheureux que le racontent les médias ...Ces jeunes-là sont souvent courageux, vaillants, et devraient être cités en exemple .

 Pour illustrer mon propos un peu désillusionné et puisque me voilà remise de mes émotions, je voulais juste ajouter que, si ce sujet m'interpelle, c'est parce que 2 de mes petits-enfants ont été agressés physiquement par des mineurs ( 13 ans en moyenne ) en l'espace de 3 jours. L'une par 3 individus dans un train, l'autre par un plus costaud dans son collège. L' affaire du collège a été traitée, l'agresseur puni ; l'affaire du train passera en justice mais que voulez-vous, ils auront un avertissement de plus ( ce sont des jeunes déjà placés en CEF et qui foncent dans le délit dès qu'ils sont lâchés ).

 J'ai le sentiment que ces 2 exemples sont un symptôme...

édit.du 6.10 : voir aussi ce qu'il est dit sur le blog de la maman de mon collégien.