C'est lui qui a choisi ce morceau ... sublime...!

Beaucoup de kilomètres nous séparent mais l'amitié demeure, entretenue, principalement, par lui, Jean.

P6220001

Nous avons partagé pas mal de choses : idées, joies, peines, coups de gueule etc...etc...
Jean nous étonnait, nous épatait, donnait l'exemple, innovait : un combatif optimiste, joyeux et emporté, ne baissant jamais les bras, reprenant toujours du poil de la bête, même dans les pires moments et il y en eut (disparition accidentelle de son fils.....)

Touche-à-tout talentueux, il a pratiqué la flûte traversière, donnant régulièrement des concerts de musique de chambre, jouant avec son copain Pierre dans les rues d'Avignon en se jurant qu'ils auraient assez de culot pour se passer de salaire en faisant la manche. Et ça marchait ! Il leur est arrivé de se produire à côté d'un mal-voyant qui les a bénis de lui offrir la cagnotte à la fin du spectacle ! Ils étaient comme ça ,ces deux-là !

Plus tard, avec deux autres musiciens, ils ont créé un groupe, Les Guanacos (petit lama des Andes ) sen et se sont lancés dans des tournées en France, en Italie, en Sicile, en Suisse, en Tunisie, au Maroc et en Turquie : plusieurs années d'un immense bonheur ! Et, ce sont ses mots : " j'étais tellement fou de l'Amérique Andine que j'ai lu des paquets et des paquets sur elle. J'ai même contacté La religion du soleil Inca , une secte bien pacifique et pas du tout escroc qui a été émerveillée par notre travail de musiciens. J'ai eu droit à un titre honorifique : Hambi càd prêtre honoris causa de la religion du Soleil Inca. Mais je n'ai jamais officié !"  Et il ajoute, pour me taquiner, " tu vois bien, ma chère i, que je ne suis pas forcément un abominable laïque mécréant !!!"  - no comment ;-)))

En 1975, Les Guanacos passaient sur scène, en 1ère partie, dans un récital de Juliette Gréco, à Strasbourg au Palais des Fêtes.

Il joue aussi du clavecin et en possède un, entièrement fabriqué de ses mains, pièce par pièce ; c'était un travail de longue haleine. Remarquable !

clav

                           

                                          

Comme on est dans l'habileté manuelle et la créativité, sachez , vous vous en doutez, que Jean  a concrétisé bien d'autres petites choses encore comme, par exemple, des "stabiles", objets pleins de fantaisie et fort décoratifs.

Le plus joli de ces stabiles est intitulé : Rêve de valse ( nom éponyme d'une oeuvre de Carl von Weber). Il s'agit d'un assemblage de bijoux de pacotille, de morceaux de glace, de catadioptres, éclairés de l'intérieur, évoquant un mouvement circulaire...

                                    stabil

                "Rêve de Valse"            
                 2 versions : allumé/éteint               

                                                                                                                                                A part cela il a réalisé, avec de tout petits moyens, 2 ou 3 courts métrages mettant en scène des jeunes entre 16 et 20 ans ; c'était au temps où il caracolait encore  avec sa moto, quand il ne s'essayait pas au pilotage de petits avions de tourisme, par beau temps.

Et puis, pas nul en art oratoire, servi par une belle voix de basse, il vous concoctait des discours flamboyants quand l'occasion se présentait ; il aimait ça !

je crois que, s'il avait été un arbre, il aurait été un cerisier d'ornement : beaucoup de fleurs, point de fruits ! En effet, il lui a manqué l'ambition de la réussite matérielle ; s'enrichir ne le préoccupait guère....sinon, le joli garçon aurait bien pu devenir un Marcello Mastroïani (même physique) ! et m'inviter à Hollywood !!! pas vrai, Jean ? ;-D  Au lieu de cela, notre homme, trop philosophe, trop idéaliste, trop camusien, un poil épicurien, préférait, et préfère toujours, la simplicité du soleil méditerranéen... dont il fut  séparé au moment de la fin tragique de La Guerre d'Algérie.

__________________________________
_________________________

J'ai demandé à Jean s'il voulait ajouter un mot personnel à mon billet. Son souhait se résume en une dédicace à une personne qui lui était chère (et que j'ai également connue).

à Colette 30 ans  +accidentellement en montagne

" ce fut, monde béni, tel mois d'Eros altéré, qu'elle illumina le bâti de mon être, la conque de son ventre : je les mêlai à jamais. Et ce fut à telle seconde de mon appréhension qu'elle changea le sentier flou et aberrant de mon destin en un chemin de parélie pour la félicité furtive de la terre des amants."

René CHAR in Lettera amorosa 1950

___________________________
________________________________________

Remerciements
Jean fait partie de ma sphère amicale. Je le remercie d'avoir accepté de figurer sur mon blog et d'avoir choisi une musique d'accompagnement absolument sublime. C'est vraiment une faveur, une belle preuve d'amitié et de confiance. Merci Jean.

P6220003

J S J S J S J S J S